Isolation des combles par soufflage : comment ça marche ?

 

De nombreuses entreprises proposent de procéder à l’isolation des combles par soufflage. Lorsque l’on souhaite procéder à la rénovation énergétique de son logement, il convient de s’attaquer en premier au toit qui représente près d’un tiers des déperditions thermiques. Et il s’agit en effet du moyen le plus simple pour isoler les combles perdus du bâtiment. Isolation Solidaire a recours à cette technique qui permet ainsi à tous les Français d’isoler leurs combles grâce à une offre à 1 euro. De quoi s’agit-il ? Il est intéressant de savoir pourquoi choisir le soufflage plutôt qu’une autre technique d’isolation comme le déroulage ou encore la pose de panneaux isolants. Quels sont les avantages et les inconvénients de cette technique ? Quoique soumise aux critiques, l’isolation des combles par soufflage répond parfaitement aux exigences de l’Etat et du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Celles-ci sont encadrées par la Réglementation Thermique 2012, du dispositif des Certificats d’Economies d’Energie et du Coup de Pouce Isolation. Pour satisfaire à ces normes, le soufflage doit suivre une procédure précise et stricte. Afin de réussir au mieux vos travaux de rénovation énergétique, pour vous permettre de réduire vos factures d’énergie et d’éviter les propositions d’intervention de la part d’entreprises malveillantes, Isolation Solidaire décrypte cette technique et vous donne toutes les clefs pour comprendre l’ensemble des aspects de l’isolation des combles par soufflage.

séparateur

Qu’est-ce que le soufflage ?

Plusieurs techniques permettent d’isoler les combles d’un logement. C’est le cas du déroulage d’isolant, de la pose de panneaux isolants rigide, de l’épandage, de l’isolation des rampants de toitures et enfin du soufflage.
Comme son nom l’indique, le soufflage consiste à venir améliorer la performance thermique des combles en venant y “souffler” des matériaux isolants. Les matériaux peuvent être constitués de laine minérale (laine de roche ou laine de verre), de cellulose ou encore créés à partir de coton recyclé.
Le soufflage ne relève pas d’une performance artistique et humaine hors-du-commun mais d’une intervention mécanique. L’artisan va en effet utiliser une machine, appelée la souffleuse, qui va permettre de disposer le matériau sur toute la surface des combles. Comme si de la neige y était tombé, l’isolant sous forme de flocons va alors être réparti régulièrement sur le plancher des combles. Cela assure une bonne isolation des pièces de la maison contre les déperditions thermiques qui s’effectuent par le toit. Une fois l’isolant en place, il n’est plus possible de circuler au sein des combles, c’est pourquoi cette technique s’applique uniquement aux combles perdus.
Tout savoir sur l’isolation des combles perdus
Faire le point sur le métier de l'isolation

Critères pour une bonne isolation par soufflage

L’isolation des combles par soufflage avec Isolation Solidaire s’inscrit dans les exigences du dispositif des Certificats d’Economies d’Energie et du Coup de Pouce Isolation. Ces critères sont présentés dans la fiche d’opération standardisée BAR-EN-101 - Isolation de combles ou de toiture.
Pour faire isoler ses combles par soufflage, il faut faire appel à un professionnel qualifié qui a été formé à la technique du soufflage. L’entreprise de travaux choisie pour réaliser le chantier doit de surcroît disposer du signe de qualité RGE - Reconnu Garant de l’Environnement. C’est le cas de l’ensemble des artisans du réseau intégré d’Isolation Solidaire. Découvrez plus d'éléments autour de la mention RGE.
De plus, avant d’émettre un devis et de procéder au chantier, l’entreprise doit auditer les combles lors d’une visite technique. Obligatoire, gratuit et sans engagement, cet audit permet d’assurer la faisabilité des travaux de soufflage.
Par ailleurs, la couche de flocons isolant soufflée doit être, d’une part, régulière et, d’autre part, suffisamment épaisse pour assurer une résistance thermique de R telle qu’exigée par la réglementation. Dans le cas des combles perdus, R doit être supérieure ou égale à une valeur de 7 m2.K/W.

Avantages de l’isolation des combles par soufflage

Isoler ses combles par soufflage présente de nombreux intérêts.
C’est tout d’abord une technique d’isolation rapide. Grâce à la machine à souffler, l’intervention de l’artisan ne dure que quelques heures. Ainsi, il suffit d’une demi-journée pour bénéficier de l’isolation complète de ses combles perdus.
Il s’agit également de travaux simples. D’une part aucun travail de maçonnerie n’est nécessaire à leur bonne réalisation. D’autre part, les chantiers par soufflage permettent de s’adapter à tous types de structures de combles, ce même lorsque la hauteur sous plafond est fortement réduite. Le soufflage permet d’accéder aux moindres recoins des combles et donc d’en assurer la parfaite isolation.
Du fait de leur rapidité et de leur simplicité, les chantiers d’isolation de combles par soufflage sont donc également accessibles financièrement. Peu onéreux, ils le sont encore moins lorsque l’on fait appel à un programme signataire de la Charte Coup de Pouce Isolation qui prend en charge jusqu’à 100% des travaux. C’est le cas de l’offre d’Isolation Solidaire à 1€.
En savoir plus sur le prix de l’isolation des combles

Quels inconvénients quand on isole ses combles par soufflage ?

L’isolation des combles par soufflage ne présente qu’un seul inconvénient : celui de la restriction de l’usage des combles. En effet, une fois les flocons isolants disposés dans les combles, il ne sera plus possible d’y circuler et encore moins d’y habiter. C’est la raison pour laquelle on réserve le soufflage à l’isolation des combles perdus.

 

Faire une demande d’isolation des combles perdus par soufflage

séparateur

Les différentes étapes de l’isolation des combles par soufflage

L’artisan souffle l’isolant dans les combles perdus

Afin de réaliser un chantier d’isolation de combles par soufflage dans les règles de l’art, il est essentiel de respecter un certain nombre d’étapes. Découvrez les 9 points clé que suivent les entreprises de travaux.

Étape 1 - Préparer les combles au bon déroulement du chantier

Lors du soufflage, l’isolant sera posé sur le sol des combles. Il faut donc que celui-ci soit en bon état. Il faut notamment veiller à ce que le sol des combles à isoler ne montre pas de traces d’humidité. L’étanchéité à l’air du sol doit également être controlée. L’artisan installera des déflecteurs dans le cas où les combles présentent des ouvertures vouées à l’aération ou la ventilation. Grâce à ces déflecteurs, l’isolant posé ne bougera pas. De plus, il faut appliquer une protection adaptée appelée communément “cache-spot” aux spots lumineux éventuellement installés dans les combles. Enfin, la partie basse des combles n’est parfois pas un plancher mais ce sont des “solives” qui portent les murs. Dans ce cas, le matériau isolant sera soufflé entre ces solives.

Étape 2 - Garantir la résistance thermique de l’isolant posé : quelle épaisseur pour l'isolation des combles par soufflage ?

Comme évoqué plus haut, la résistance thermique R dépend du volume d’isolant posé, c’est-à-dire son épaisseur. La résistance varie aussi en fonction de la conductivité lambda (en W/m.°C) de chaque matériau. Plus le lambda est petit, plus le matériau est isolant car il laisse passer moins de chaleur pour une même épaisseur. Ainsi R = épaisseur / lambda. Dans le cas des combles perdus, ces matériaux doivent présenter une résistance R ≥ 7 m²K/W.
AInsi, si l’isolant sélectionné est de la laine minérale ou de la ouate de cellulose d’un lambda de 0.039, alors l’épaisseur nécessaire = R x lambda Soit 7 x 0.039= 0,28 m soit 28 cm
28 cm d’isolant devront donc a minima être posés pour garantir la résistance thermique de la pose. Pour être plus efficace on recommande toutefois de poser au moins 32 cm d’épaisseur. Bon à savoir : Si le plancher des combles comporte déjà un isolant obsolète par-dessus lequel l’artisan va souffler un nouveau matériau, alors celui-ci devra mesurer 32 cm d’épaisseur – et non 32 cm en tout.
Pour évaluer l’épaisseur de l’isolant qui sera soufflé dans les combles, le professionnel RGE en charge d’isoler les combles installera donc au préalable des piges graduées. Ces “réglettes” lui permettent de mesurer que l’isolant posé atteint bien l’épaisseur requise.

Étape 3 - Installer la machine à souffler

La machine à souffler, également appelée “souffleur” ou encore “souffleuse” va permettre le dépôt de l’isolant dans les combles. Après la mise en place des réglettes, l’artisan RGE positionne cette machine à proximité de la zone d’accès aux combles. Il peut s’agir d’une trappe, fenêtre ou porte, ce afin de faciliter la procédure des travaux. La machine comporte deux tuyaux. Le premier est voué à “aspirer” l’isolant, il est relié à l’entrée de la machine. Le second tuyau sert à souffler, il est rattaché à la sortie de la souffleuse. Pour empêcher les fuites d’isolant liées aux forces d’aspiration et de soufflage et le bon déroulé des travaux lors de la mise en route du chantier, des attaches sont fixées sur les tuyaux.

Étape 4 - Préparer le matériau isolant

Le professionnel s’occupe ensuite de l’isolant choisi. Ce matériau se présente dans différents sacs. Sur l’emballage de chaque sac figure le poids d’isolant qu’il contient. À titre indicatif, l’artisan soufflera environ 4 kilogrammes d’isolant par mètre carré à isoler pour se conformer aux exigences d’épaisseur et donc de résistance thermique. Cela permet à l’artisan RGE d’évaluer la quantité de sacs d’isolant requise pour mener à bien le chantier. Ainsi, pour l’isolation de combles perdus d’une surface de 100 mètres carrés, cela représentera à peu près 20 sacs d’isolant à souffler. Une fois ce calcul réalisé, il faut s’occuper de l’isolant. En effet, celui-ci se présente sous forme compacte au sein des sacs. Afin de pouvoir le souffler, il faut donc dans un premier temps l’émietter. Durant le chantier, un professionnel est en charge d’alimenter le souffleur suivant la surface à isoler et l’épaisseur souhaitée. Il veille également à l’alimentation électrique de la machine à souffler.

Étape 5 - Répartir les professionnels sur le chantier

Les étapes préparatives sont achevées, le chantier d’isolation des combles perdus par soufflage peut désormais débuter. Un premier artisan place le tuyau destiné au soufflage au sein de l’accès aux combles dans la partie opposée à cet accès. Cela permet de souffler les combles sans avoir à repasser dessus - il est en effet interdit de marcher sur l’isolant posé. Le deuxième artisan RGE est en charge de la machine à souffler la branche et s’assure de son approvisionnement continu et régulier en matériau isolant. Grâce à une buse l’isolant est aspiré et envoyé dans le tuyau.

Étape 6 - Souffler l’isolant dans les combles

L’isolant est projeté grâce au tuyau de soufflage de la machine

L’isolant est alors projeté « en vrac » sur le sol des combles. Le tuyau de soufflage doit être maintenu à l’horizontale. L’artisan positionne également le tuyau à 1 mètre de hauteur. Le jet d’isolant projeté mesure alors environ 2 mètres. Pour assurer la régularité et éviter les jets trop puissants, l’artisan positionne simplement sa main en déflecteur au-dessus du tuyau afin de le réduire. Les espaces de ventilation ne doivent pas être obturés aussi l’artisan doit-il être rigoureux dans le soufflage.

Étape 7 - Souffler un matelas d’isolant régulier

Si les combles disposent d’un plancher, l’isolant est projeté à-même le sol. S’il y a des solives, le matériau va être soufflé entre elles afin de combler les espaces. Il est indispensable d’obtenir une couche uniforme d'isolant soufflé. Une isolation régulière est en effet plus efficace. L’épaisseur doit être suffisamment élevée afin d’atteindre la résistance thermique R de 7 désirée. Néanmoins, les flocons isolants ne doivent pas être tassés. Le tassement compromettrait l’efficacité de l’isolation. Durant le processus de soufflage, l’artisan RGE veille également à mesurer la régularité du soufflage. Pour pallier une couche qui ne serait pas uniforme, l’artisan y remédie en régulant le niveau grâce à un soufflage d’air sans isolant. Une fois que le volume d’isolant atteint l’épaisseur souhaitée et indiquée par la réglette, l’isolation des combles perdus est terminée. Il ne faut alors plus circuler dans les zones sur lesquelles les flocons isolants ont été soufflés.

Étape 8 - Isoler la trappe d’accès aux combles

Si le plancher des combles a bien été isolé, il faut également s’assurer que la chaleur ne s’échappe pas au travers de l’accès aux combles. Ainsi, l’artisan doit ensuite “habiller” la trappe. Celle-ci est alors entourée par des panneaux isolants dédiés. La résistance thermique de la trappe isolée doit se conformer aux mêmes critères que dans le reste des combles soit R ≥ 7 m²K/W.

Étape 9 - Contrôler la qualité de l’isolation et fin du chantier

Le chantier d’isolation des combles par soufflage touche à sa fin. Avant de quitter les combles, l’entreprise de travaux s’assure de la régularité de l’isolant soufflé dans les combles. Il conserve également les étiquettes des sacs de matériaux isolants utilisés afin de justifier de l’utilisation de matériaux accrédités selon la norme NF EN 45011. Enfin, les professionnels nettoient le chantier notamment les flocons isolants qui auraient pu rester sur leur passage.

 

Faire appel à des professionnels de confiance pour l’isolation des combles par soufflage

 

Nos engagements