Comment éviter les ponts thermiques ?

 

Pour que votre logement soit sain et agréable tout au long de l’année, il est important de limiter les ponts thermiques. Ces zones de variations de température et de déperditions de chaleur prononcées peuvent-être présentes dans tous types de bâtiments. Elles sont également responsables de la surconsommation d’énergie et de l’augmentation de vos factures énergétiques. Mais que sont les ponts thermiques ? Comment les identifier ? Pourquoi et comment les éviter ? Isolation Solidaire vous dit tout !

Qu’est-ce qu’un pont thermique ?

Souvent responsables des déperditions thermiques au sein d’un logement, les ponts thermiques sont des variations locales de température. Il s’agit de zones de circulation d’air chaud et d’air froid de l’extérieur vers l’intérieur du logement. Les ponts thermiques sont responsables en moyenne de 5 à 10 % des pertes de chaleur. Si leurs origines sont variées, ils sont souvent dus à des discontinuités dans les parois en contact avec l’extérieur et donc un manque d’étanchéité. Les ponts thermiques se trouvent généralement au niveau des liaisons entre un mur et un plancher, dans un angle de mur ou une liaison entre un mur et une menuiserie telle qu’une fenêtre. En règle générale, les ponts thermiques sont davantage présents dans un logement sans isolation thermique, ou avec des matériaux isolants peu performants. Ils peuvent également être causés par l’utilisation de différents matériaux au même endroit, par une variation d’épaisseur ou par une construction présentant une conductivité de chaleur variable.

Où se trouvent les ponts thermiques ?

Souvent situés aux jonctions des parois de votre logement, les ponts thermiques se situent à des endroits qui sont aujourd’hui connus, ce qui facilite leur détection. De plus, des solutions adaptées à leur localisation existent pour réduire les variations de températures. Le plus souvent, on retrouve les ponts thermiques au niveau : 

COMMENT ÉVITER LES PIÈGES ?

  • Des piliers et hourdis intégrés à la façade 
  • Des contours de creux et de lucarnes 
  • Des caissons de stores 
  • Des points de raccordement entre la toiture et la façade 
  • Des points de contact entre la façade et le terrain 
  • Des angles ou points de raccordement des façades 
  • Des points de raccordement entre les porte-à-faux et les façades 
  • De la visserie d’ancrage de charges dans les façades 
  • Des châssis de fenêtres et de baies vitrées

En somme, tous les endroits présentant une résistance thermique moins importante que le reste du logement.

Comment identifier les ponts thermiques ?

En tant que variations de températures, il est difficile de détecter les ponts thermiques à l’œil nu. Néanmoins, plusieurs solutions existent pour les identifier, et chaque méthode présente ses avantages et ses inconvénients.  Budgets, moyens, expertises… voici quelques bonnes pratiques pour détecter les zones de transmission thermique dans votre logement.

Sentir les ponts thermiques

L’un des premiers tests que vous pouvez effectuer est de ressentir les variations de température avec votre main. Passez votre main sur les zones où vous suspectez une variation de température et notez votre ressenti pour en parler avec un professionnel de l’isolation. Pour que la différence de température soit plus marquée, nous vous conseillons d’effectuer votre test pendant une période de forte chaleur ou de grand froid. Cette première méthode est donc simple à mettre en place mais peut s’avérer incomplète face à des outils de mesure plus sophistiqués.

Voir les ponts thermiques

En complément de la première technique d’identification, vous pouvez également visualiser les ponts thermiques. Celle-ci n’implique pas la visualisation des variations de température, mais les infiltrations d’air. Munissez-vous d’une feuille de papier légère et positionnez-la au niveau des zones mentionnées plus haut. Si la feuille bouge, c’est qu’une infiltration d’air est présente. Et qui dit infiltration d’air, dit variation de température donc pont thermique. Cette méthode porte ses fruits au niveau notamment des fenêtres, lucarnes, portes et autres débouchés sur l’extérieur.

Photographier les ponts thermiques

Cette méthode est sans doute plus fiable que les précédentes mais également plus coûteuse. Il existe des outils infrarouges perfectionnés qui permettent de photographier les zones de chaud et de froid de votre logement. Ces caméras infrarouge visualisent l’air chaud sur des plages de couleurs chaudes, du jaune au rouge, et l’air froid sur des plages de couleurs froides, du jaune au bleu. L’idée est de pouvoir photographier à un instant T les variations de température. Il existe également des applications de caméra infrarouge sur smartphone mais ces dernières sont moins performantes que des équipements dédiés. Pour obtenir une image photographique précise des ponts thermiques il est donc recommandé de faire appel à un bureau d’études énergétiques dédié.

Faire appel à des professionnels pour identifier les ponts thermiques

Cette dernière méthode est de loin la plus efficace. Même si le budget va avec, des professionnels qualifiés sont le plus à même de réaliser un audit technique précis pour identifier les ponts thermiques de votre logement. En plus de leur expérience dans le domaine, ils sont également en mesure de vous conseiller sur les travaux d’isolation thermique nécessaires pour pallier les variations de température. Mais il convient de choisir judicieusement les artisans en qui vous placerez votre confiance, car certaines entreprises mal avisées pratiquent des arnaques à l’isolation et du démarchage abusif.

Comment éviter et limiter les ponts thermiques ?

Une fois connus et identifiés, il faut maintenant éliminer les ponts thermiques pour pouvoir profiter d’un logement confortable, agréable et sain. Les méthodes pour limiter et supprimer les ponts thermiques sont nombreuses mais la plus efficace reste l’isolation thermique. Cette méthode permet de limiter les pertes de chaleur au sein de votre logement en renforçant l’enveloppe du bâtiment. L’isolation de la maison vous permet de réaliser ce qu’on appelle une rupture de pont thermique.

L’isolation contre les ponts thermiques

Il existe de nombreuses méthodes d’isolation de pour lutter contre les ponts thermiques, chacune pensée pour améliorer la performance thermique de votre logement. Elles nécessitent également une expertise particulière délivrée par des artisans RGE. On distingue donc 2 types d’isolation : l’isolation thermique par l'intérieur et l’isolation thermique par l’extérieur. Ces techniques consistent à intervenir sur les zones de déperditions thermiques en y appliquant une couche suffisamment importante de matériaux isolantsL’isolation de la maison faite par des artisans dépend ensuite du type de travaux d’isolation thermique que vous souhaitez effectuer : isolation des combles, isolation des murs, isolation de plancher bas, isolation de fenêtre… Quelle que soit la méthode, une bonne isolation vous permet d’améliorer les performances énergétiques de votre logement.

L’isolation de combles ou plancher haut

Fortement recommandée pour réduire les écarts de température au sein d’un logement, l’isolation des combles est l’une des méthodes clés pour optimiser le confort de votre logement. Pour éviter les ponts thermiques des combles, il faut d’abord identifier si le logement a été isolé par l’intérieur ou par l’extérieur. Si le logement a été isolé par l'intérieur, il suffit d’isoler par soufflage ou par pose de panneaux isolants. Si le logement a été isolé par l’extérieur, il faut appliquer une nouvelle isolation par sarking ou isolation par l'extérieur. Il est important de songer également aux appuis de toiture pour éliminer définitivement les ponts thermiques. Cette dernière solution est plus coûteuse que l’isolation de combles par l’intérieur. Alors pensez à en parler à votre artisan ! Il saura vous aiguiller sur l’isolation de combles adaptée à vos besoins.

J'ISOLE MES COMBLES

Combles perdus et combles aménagés, quelle différence ? 

Quand on parle d’isolation de combles, il faut faire la distinction entre les combles perdus et les combles aménageables. Les combles perdus sont des espaces inoccupés situés sous la toiture d’une maison. L’isolation de cet espace se fait par soufflage, ce qui permet de déposer une grande quantité de matériaux isolants rapidement et efficacement sur le plancher des combles. En règle générale, il s’agit de laine de verre ou de laine de roche. Une fois le soufflage terminé, les combles perdus ne sont plus accessibles. Les combles aménagés ou aménageables sont situés sous la toiture et sont souvent destinés à devenir un espace de vie ou de rangement. L’isolation de cet espace est donc fait par la pose directe de panneaux isolants de laine de verre sur les parois intérieures de la toiture afin de préserver la circulation au sein des combles.